Wiki Date A Live
Advertisement
Wiki Date A Live

Origami Impossible[]

“Honnêtement, je suis un lolicon.”

C'était pendant les vacances scolaires, assis dans un café au coin d'une rue.

Shido Itsuka a admis cela tranquillement.

“Tous les jours, je vais à l'école primaire pour observer les écolières quand elles font leur cours de sport. Leurs corps purs, impeccables, plats et sous-développés rendent mon Sandalphon en délire. Franchement, rien ne vaut les écolières !”

“Ah bon ?”

Origami, assis en face de lui, n'a pas pris une expression de dégoût mais a simplement hoché la tête.

Elle avait les cheveux aux épaules et une silhouette mince. Son visage sans expression était comme celui d'une poupée.

Elle a soudainement baissé les yeux, se touchant inconsciemment la poitrine, puis a répondu à Shido en disant .

“Je peux le faire.”

“Comment !?”

Shido n'a pas pu s'empêcher de crier avant de reprendre son sang-froid. Il ne serait pas bon si il commençait à paniquer maintenant. Il s'est éclairci la gorge en toussant, puis a dit :

“Ce n'est pas tout. J'ai un sérieux complexe avec ma mère, j'embrassais sa photo tous les matins et en rentrant, j'enfilais des vêtements pour bébé ! Avec une tétine et un hochet !”

“Ah bon ?”

“…C'est vrai… en fait, j'ai aussi un complexe de sœur et je vais souvent dormir avec Kotori. Quand Kotori n'est pas là, je vais sentir sa serviette, je cherche ses sous-vêtements et je les mets sur mon visage, c'est le moment le plus intense !”

“Ah bon ?”

“Hum… ! Je… J'ai été un playboy incroyable. J'ai déjà eu dix copines ! La nuit, j'allais à des endroits pour adultes, avec des filles qui dansent le twist et la lambada ! Le champagne coulait à flots ! Et le but ultime, c'est de dominer toutes les filles de Tenguu !”

“… !”

Les sourcils de Shido se sont froncés pour la première fois après qu'il ait crié ça, bien que de façon peu enthousiaste.

Il pensait qu'il avait finalement réussi à obtenir une réaction de sa part. À ce moment-là, les lèvres d'Origami ont bougé et a dit sans changer de ton :

“Ce n'est pas un problème tant que je les extermine toutes après.”

“Que vas-tu faire, hein, que vas-tu faire ?!”

Les cris de Shido étaient presque aussi forts que des hurlements alors qu'il s'agrippait à sa tête.

Puis, une voix stupéfaite est sortie de l'écouteur qu'il avait porté à son oreille droite :

“…Qu'est que t'as ? Elle te mène !”

Kotori, la petite sœur de Shido, a parlé à travers l'oreillette. Évidemment, il ne pouvait entendre que sa voix, mais il avait l'impression qu'elle était aussi frustrée que lui.

“Que dois-je faire?”

Ne commence pas à pleurnicher ! Le rendez-vous vient de commencer!”

Après avoir fini de parler, elle lui a donné des instructions supplémentaires.

Cette scène de rencontre surréaliste a été causée par ce qui s'est passé le jour précédent.


Un jour, pendant la pause-déjeuner :

Dans une salle de classe du lycée de Raizen, Tohka Yatogami montrait joyeusement le téléphone portable qu'elle tenait dans sa main.

“Oh, qu'est-ce que tu en penses, Shido ! Kotori me l'a donné ! Il semble que ce soit quelque chose que je puisse utiliser pour parler à d'autres personnes de très loin !”

“O-Oh, c'est génial à entendre.”

Shido a souri gentiment.

…Tohka le tenait dans sa main avec un certain respect. C'était un modèle simple et démodé qui était facile à utiliser même pour les personnes âgées. De toute façon, elle était sincèrement heureuse donc il n'y avait aucune raison de gâcher sa bonne humeur.

Cela dit, Shido et Kotori ont passé beaucoup de temps à discuter de toutes sortes de modèles de téléphones portables.

Bien que l'apparence soit la même que celle de n'importe quel téléphone, il peut supporter une tonne de poids.

De plus, même si les tours de réseaux mobiles étaient détruites en cas de catastrophe, elle serait toujours capable de communiquer par satellite.

…Pour être honnête, un tel équipement était probablement excessif pour une lycéenne ordinaire.

Mais—on ne pouvait rien y faire.

La vérité était que Tohka n'est pas un être humain ordinaire, mais plutôt une existence connue sous le nom de Esprit. C'était une existence qui exerçait un pouvoir extraordinaire et qui avait le potentiel de détruire le monde.

Bien qu'il soit possible de sceller le pouvoir d'un Esprit, si son état mental devient instable, le pouvoir scellé s'inversera et reviendra en elle. Kotori, qui était le commandant de l'organisation <Ratatoskr>, était évidemment inquiet à ce sujet.

Par conséquent, il était nécessaire de s'assurer qu'elle avait un moyen de la contacter en cas d'urgence.

“Ok, Shido ! Je vais essayer !”

Cependant, Tohka s'est détournée avec un sourire éclatant sur son visage qui contrastait tellement avec ce titre dangereux.

“Je vais t'appeler de très loin ! Shido, tu dois absolument y répondre !”

Shido sourit ironiquement en hochant la tête en signe d'accord. Il se souvient du jour où il a eu son téléphone portable, il voulait essayer d'appeler quelqu'un comme Tohka.

“Ok, j'y vais !”

Tohka a terminé en ouvrant la porte de la classe et c'est précipité dans le couloir.

“Assure-toi de revenir avant la fin de la pause déjeuner !”

“Je reviendrai !”

La faible réponse de Tohka est venue de l'autre bout du couloir.

À ce moment-là :

“Shido.”

“Whoa !”

Quelqu'un a appelé Shido de derrière lui et a fait trembler ses épaules.

Il s'est retourné, c'était Origami Tobiichi qui était apparu derrière lui en silence.

…Il semble qu'elle soit apparue dès que Tohka a disparu.

“Oui… tu as besoin de quelque chose ?”

“Tu as des choses prévues pour demain ?”

“Huh ?”

Quand on lui a demandé ce genre de choses, Shido n'a pu répondre que par un blanc… En même temps il avait un mauvais pressentiment sur ce qui allait se passer.

“P-Pourquoi ?”

“Je veux sortir avec toi.”

“Ç-Ça veut dire.…”

“Un rendez-vous.”

“…”

Les soupçons de Shido ont été confirmés et il a commencé à transpirer nerveusement.

“…Origami, juste pour confirmer, nous sommes—”

“Un couple.”

Shido a demandé nerveusement à Origami, qui a répondu immédiatement sans aucune trace de nervosité.

Elle avait l'air aussi sérieuse que d'habitude.

Origami n'a pas fait attention à la nervosité de Shido et a continué calmement :

“Qu'est-ce que tu en penses ?”

“Ah… Je suis désolée. Je suis occupé demain—”

Cependant, à la moitié de sa phrase, Shido a soudainement ressenti une pression oppressante.

“Ah, ça… Ah, je suis sûr que si quelque chose se présente demain, tu peux m'attendre… ?”

Origami a légèrement hoché la tête.

Shido a immédiatement paniqué et a couru dans le couloir tout en faisant défiler la liste de ces contacts pour trouver et sélectionner le nom 'Kotori Itsuka' dans son historique d'appels bien qu'il attende toujours l'appel de Tohka.

Bonjour ! Onii-chan ?”

“…Kotori, s'il te plaît aide moi à trouver un moyen de me sortir de là…”

Hein ? De quoi tu parles ?”

“Origami m'a demandé d'aller à un rendez-vous avec elle.”

“…”

Après que Shido ait fini de parler, Kotori est restée silencieuse un moment.

Ensuite, Shido a entendu le bruit d'un tissu qui se déplaçait dans le haut-parleur. On aurait dit qu'elle était en train de remplacer les rubans dans ses cheveux.

“—C'est ridicule, Pourquoi tu ne la pousses pas à te haïr ?”

L'instant d'après, son ton, maintenant plus confiant et laconique, était complètement différent de celui qu'elle avait employé pour décrocher.

—Kotori était passé en mode <Commandant>.

“…En fin de compte, si ce n'est pas pour ta <formation>, cette relation… !”

C'est vrai. Quand Tohka est apparu pour la première fois, ils ont fait faire à Shido un entraînement habituel féminin pour que Shido s'habitue à parler aux femmes. Dans ce processus, ils ont forcé Shido à déclarer son amour à Origami.

Malheureusement, comme beaucoup de choses se sont passées entre ce moment et maintenant, il n'y a pas eu de l'opportunité de résoudre le malentendu, jusqu'à maintenant.

Fais comme si de rien n'était.”

“C-Comment ai-je pu faire une telle chose… À l'origine, c'est notre faute si tout cela est arrivé. Comment on a pu continuer à la tourner en bourrique comme ça !”

Tu veux être honnête—alors pourquoi ne pas lui dire que toute cette confession était un malentendu ?”

“…Comment je suis censé faire ça ?”

Hmm ? Alors pourquoi ne pas lui cracher dessus et lui dire : 'Je vais pas sortir avec quelqu'un comme toi !”

“Si je dis ça, je vais certainement me faire tirer dessus !”

Shido n'a pas pu s'empêcher de crier. Il ne pouvait pas nier que s'il disait ce genre de chose, il serait tué sur-le-champ.

Puisque tu es si pointilleux—pourquoi ne pas faire en sorte que l'autre partie te déteste ?”

“Huh ?”

Comme je l'ai dit, acceptez ce rendez-vous et en retour, j'ajusterai les paramètres de l'IA sur le <Fraxinus> pour t'aider à préparer des options qui rendront le rendez-vous terrible et lui donner envie de rompre avec toi. Il n'y a pas de problème, n'est-ce pas ?”

Le dénommé <Fraxinus> était le dirigeable appartenant à <Ratatoskr>.

Normalement, quand un Esprit apparaît, l'intelligence artificielle à bord du vaisseau fournit les options et choisi de suivre les votes pour aider à améliorer la relation avec l'Esprit.

“V-Vraiment…”

C'est logique. Il se ferait sûrement gifler s'il faisait quelque chose comme ça, mais il pouvait le supporter.

“…J'ai compris. Je peux donc compter sur votre soutien ?”

Bien sûr. En pensant à l'avenir, ce serait également gênant si nous devions nous occuper d'elle tout le temps—mais il y a encore un dernier problème à régler.”

“Qu'est-ce que c'est ?”

C'est Tohka. Nous n'avons pas d'école demain car c'est un samedi, tu te souviens ? Si Tohka est toute seule, elle voudra jouer. Mais si tu n'es pas là, il n'y a aucun doute que son état émotionnel va baisser.”

“Même si je ne suis pas là…”

Dès que Shido a dit cela, Kotori lui a répondu avec un soupir abasourdi.

“Q-Qu'est-ce que tu vas fais ?”

Afin de se concentrer résolument sur ça, tu dois faire faire autre chose à Tohka au préalable.”

“Autre chose… Ah…”

Peu importe ce que tu vas lui demander de faire, que ce soit acheter des choses ou quoi que ce soit d'autre, assure toi juste de lui demander de faire quelque chose de difficile pour que cela prenne beaucoup de temps afin qu'elle termine le plus tard. En d'autres termes, il ne serait pas étrange pour elle, qu'elle ne soit pas avec toi à ce moment-là.”

“—De toute façon, promets à Tobiichi Origami un rendez-vous.”

“Bien… J'ai compris.”

Après avoir raccroché le téléphone, Shido est retourné nerveusement dans la salle de classe.

Quand il est revenu, il a aperçu Origami qui gardait la même posture que d'habitude, se tenant droit.

“Alors le rendez-vous ?”

“O-Oh… pas de problème, je serai là…”

“…”

Origami est resté silencieuse, mais elle a fait un geste de victoire avec son poing sans un changement dans son expression…

“Demain à 10h00, je t'attendrai devant la fontaine du parc de West Tenguu.”

Origami a simplement dit ça en partant.

Il ne savait pas pourquoi, mais il ne pouvait s'empêcher de la regarder partir d'un pas vif.

“…”

Shido sentait la sueur couler sur ses joues, il a entendu des bruits de pas à l'extérieur de la classe.


La porte de la classe s'est soudainement ouverte et Tohka, qui semblait courir, est apparue une fois de plus.

“Shido ! C-Comment j'utilise ce truc !”

Il semble qu'elle ne sût pas comment passer un appel téléphonique, et donc elle a demandé à Shido en portant une expression troublée sur son visage.

Cependant, à ce moment-là, Tohka a remarqué l'expression de Shido qui semblait encore plus troublée que la sienne, et elle a incliné la tête en signe de confusion.

“Shido ? Y a-t-il un problème ?”

“Non ! Je vais bien…”

Shido s'est éclairci la gorge en prenant place sur son siège.

“…Ah, Tohka.”

“Muu ? Qu'est-ce qu'il y a ?”

“Je suis désolé de demander si soudainement… mais demain, tu penses que tu pourrais faire quelques courses pour moi ?”

Après que Shido ait fini de parler, les yeux de Tohka ont semblé s'illuminer.

“Oh ! Ok ! Que veux-tu que je fasse ?”

Elle semblait très heureuse d'avoir l'opportunité d'aider Shido et s'est penchée vers l'avant.

Sentant une pointe de nervosité, Shido détourne maladroitement le regard.


Le jour suivant, après que Shido ait demandé à Tohka de faire quelques courses pour lui, il a mis l'oreillette dans son oreille droite, et s'est dirigé vers la destination de son rendez-vous avec Origami.

Par ailleurs, Shido était actuellement vêtu d'un t-shirt ample, d'un jean effiloché et de chaussons de toilette.

Il ne pouvait pas se résoudre à y aller.

Honnêtement, tout cela était embarrassant pour Shido… Cependant, les filles détestaient les garçons qui ne restaient pas propres et qui avaient l'air négligés. Pour commencer, utiliser cette méthode pour qu'Origami le déteste était la meilleure solution.

Shido, tu devrais marcher plus lentement.”

Il pouvait entendre la voix de Kotori dans l'oreillette de son oreille droite.

Kotori était actuellement sur le pont à bord du dirigeable <Fraxinus> qui flottait au-dessus de Tenguu City.

Il est actuellement 10:50 du matin. Cela faisait 50 minutes depuis l'heure prévue.

Nous devons avoir au moins une heure de retard. Aussi, peu importe ce qu'elle dit, tu ne dois jamais t'excuser.”

“Ouais…”

Ils ont été très minutieux avec le plan. Mais si tout cela avait du sens : elle serait sûrement en colère si il était en retard. Cela pouvait dépendre de chaque personne et il était possible qu'elle ait déjà abandonné et soit rentrée chez elle bien avant.

Il a marché aussi lentement que possible et vers 11 heures, Shido a finalement atteint leur lieu de rendez-vous.

Là, Origami se tenait debout avec une posture parfaite.

“Ah…”

Il y avait évidemment beaucoup de bancs à proximité, mais le fait qu'Origami ait attendu Shido si longtemps, il ne pouvait s'empêcher de ressentir un sentiment de culpabilité envers elle. Cependant, il ne pouvait pas se permettre de montrer une telle réaction. Parce que Shido devait jouer pour aujourd'hui le rôle d'une personne terrible qui déteste Origami.

Bon, tu es mentalement préparé ?”

“Je-je le suis…”

Très bien—Maintenant, commençons. La première tâche, le premier contact.”

Kotori a fait claquer ses doigts.

Shido s'est doucement tapé les joues et a continué à se diriger lentement vers Origami.

À ce moment, Origami a remarqué que Shido s'approchait et s'est retourné pour lui faire face.

Alors…

“—Merci mon Dieu…”

Dès qu'elle a repéré Shido, elle a parlé doucement.

“Huh… ?”

“J'avais peur que quelque chose de terrible te soit arrivé…”

“…Eh !”

Shido a clairement fait une erreur ici. Non seulement Origami ne s'est pas plaint de son retard mais semblait plus préoccupée par la sécurité de Shido.

“Qu'est-ce que tu crois faire, Shido ? Si tu commences à te sentir coupable à cause de ça, comment tu vas te faire détesté ?”

“A-Ah… tu as raison…”

Shido hocha légèrement la tête en marmonnant, puis Origami fit un geste vers sa tenue.

“Qu'est-ce que tu en penses ?”

“Huh ?”

“La tenue d'aujourd'hui.”

En l'entendant poser cette question, Shido a regardé de plus près la tenue d'Origami.

Elle portait une chemise qui, en plus d'être jolie, était confortable au toucher, Elle avait aussi une jupe plissée et un collier étincelant autour de son cou. Sa tenue contrastait fortement avec celle de Shido.

“O-Oh, c'est parfait pour—”

Hé ! Pourquoi tu la complimentes si naturellement ?!”

“… !”

Après avoir entendu Kotori l'interpeller sur son comportement, Shido a rapidement fermé sa bouche.

Il s'est éclairci la gorge et a légèrement secoué la tête avant de reprendre la parole :

“…Ça ne te va pas bien, pas bien du tout… !”

“…”

Origami a baissé les yeux sur sa tenue en silence. Bien qu'il n'y ait eu aucun changement dans son expression, Shido a eu l'impression qu'elle semblait un peu déçue et seule.

Origami a regardé Shido dans les yeux une fois de plus.

“Que voudrais-tu que je porte ?”

“Huh… ? T-Tout ça…”

Au moment où Shido a voulu répondre, Kotori est intervenu par son oreille droite et a dit :

“—Attende une minute ! C'est notre chance.”

A bord du <Fraxinus>, la silhouette d'Origami était maintenant au centre de l'écran principal de la passerelle.

Diverses valeurs étaient affichées à côté de son image et une fenêtre de texte était placée en dessous d'elle.

À ce moment-là, trois options sont apparues à l'écran :


Un petit bikini avec un tablier de femme de chambre.

Un maillot de marin et un pantalon de survêtement triangulaire sur les jambes.

Un maillot de bain d'écolier avec des oreilles et une queue de chien.


“Wow, ce sont vraiment de bons choix. —Tout le monde ! Faites vos choix ! Rappelez-vous que nous recherchons le choix le plus dégoûtant pour la fille !”

Après que Kotori ait fini de parler, le petit écran dans sa main a immédiatement montré le résultat final.

Bien que la compétition ait été féroce… il semblait que la majorité avait choisi ③.

“Hmm… Il semble que ③ soit le choix le plus populaire.”

Après que Kotori ait transmis l'option, les épaules de Shido ont légèrement tremblé.

Les options que Kotori proposait faisaient douter l'autre partie des goûts de Shido.

…Cependant, il devait quand même répondre. Shido a dégluti nerveusement et ouvert ses lèvres tremblantes et dit :

“…Un maillot de bain scolaire avec des oreilles et une queue de chien.”

Shido a serré les dents et fermé les yeux en se crispant pour finir de parler.

…Bien sûr, il se préparait à recevoir des gifles ou des coups-de-poing furieux qu'elle avait prévu de donner.

Cependant, ce qui s'est réellement passé était différent de ce à quoi Shido s'attendait. Peu importe combien il attendait, il ne sentait pas la douleur de l'attaque. Il a ouvert les yeux avec précaution…

Il semblait que la silhouette d'Origami avait disparu.

Peut-être qu'elle était tellement en colère qu'elle a décidé de rentrer chez elle.

“—Wow, c'était beaucoup plus facile que ce à quoi je m'attendais. Félicitations Shido. Mission accomplie.”

“M-merci.”

Shido s'est gratté la joue en gérant ses émotions contradictoires.

De toute façon, ça aurait dû être bien pire. Origami ne se souciait plus de quelqu'un comme Shido…

À ce moment-là, Shido a été forcé d'arrêter de penser.

Parce qu'il a vu Origami courir vers lui de loin.

Comment a-t-elle réussi à les trouver ? Origami était maintenant habillée d'un maillot de bain d'école avec des oreilles et une queue de chien.

“Qu…”

Dit Shido et Kotori à l'unisson.

Cependant, après qu'Origami ait atteint Shido, elle a incliné la tête et a demandé avec désinvolture :

“Qu'est-ce que tu penses de ça ?”

Après avoir parlé, elle s'est retournée sur place.

Le tissu bleu foncé couvrant son corps pâle et mince et les jolies oreilles de chien ainsi que la queue se balançaient… C'était à la fois mignon et vulgaire.

Cependant, il y avait une autre question qui était plus préoccupante :

“Où as-tu trouvé cette tenue…”

“Il y a un magasin à proximité qui vend ce genre de vêtements.”

Origami indiqua vaguement la direction de la rue voisine… Ce jour-là, Shido découvrit quelque chose de nouveau sur Tenguu City qu'il voulait désespérément oublier.

“Nous devrions y aller.”

Origami s'est retourné et a pointé vers le quartier commerçant.

“Euh… là…”

Alors que Shido se demandait s'il pouvait vraiment laisser Origami porter cette tenue, la voix de Kotori a retenti dans ses oreilles une fois de plus.

“…Pourquoi sa cote de popularité n'a-t-elle pas chuté avec ce genre de mots ? Cela aurait dû être simple !”

Kotori se pencha en arrière sur son siège à bord du <Fraxinus> et fit tourner le bâton de chupa chups tout en parlent avec colère.

“Que devons-nous faire ? Commandant…”

“Nous allons continuer notre attaque ! Sortez des choix vraiment horribles qui feront reculer Tobiichi Origami !”

Après que Kotori ait fini de parler, la série de choix suivante est apparue à l'écran :


① “Hé ! Une bâtarde comme toi ne mérite pas de marcher, mets-toi à quatre pattes !”

② “Aaah… je suis fatigué de marcher ! Porte-moi !”

③ “Ugh, sérieux, tu marches loin derrière moi ? T'es trop moche !”


“…Hehe, c'est bien. Chaque option est absolument terrible. Faites votre choix !”

L'appareil personnel de Kotori a immédiatement montré les résultats.

“Le choix le plus populaire est ① —Ah”

“Bien qu'il s'ag

D'une certaine manière, l'équipage est resté silencieux pendant un moment, mais Kotori a tiré le microphone vers elle alors qu'elle parla.

“Quoi…”

Il entendu les instructions de Kotori et Shido s'est essuyé le visage avec une main… la difficulté avait juste augmenté de façon drastique.isse de mots et d'actes qui donnent envie de douter de la nature humaine, on ne peut nier que l'option ① est particulièrement affreuse.”

L'équipage assis à l'étage inférieur de la passerelle a expliqué. Kotori a acquiescé en signe d'accord.

“On peut dire sans se tromper que si quelqu'un comme Shido disait une telle chose, on aurait probablement envie de le tuer.”

“…”

Pourquoi hésites-tu ? Tu ne veux pas qu'elle te déteste et te quitte ? Comment peux-tu ne pas faire ça ? Tu penses vraiment que tu peux gérer avec grâce une relation avec elle ?”

“Ugh…” Shido a grogné doucement. Mais Kotori avait raison. Le but était de faire en sorte que Origami le déteste.

Shido a jeté un coup d'œil à Origami qui marchait à côté de lui et a lentement bougé ses lèvres tremblantes puis dit :

“…Hé… ! Une bâtarde… comme toi ne mérite pas de marcher… mets-toi à quatre pattes…”

“…”

Origami s'est pliée sur ses genoux sans une seconde de réflexion et s'est assise immédiatement sur le sol.

“Q-Quoi… !”

Q-Quoi… !”

Origami ensuite a incliné la tête de façon suspecte en regardant le visage de Shido.

“Tu n'y vas pas ?…

“Non, euh, ce…”

Alors que Shido bégayait de manière incohérente, Origami hocha la tête comme si elle réalisait quelque chose et et s'est levée.

Elle a enroulé ses mains autour de la taille de Shido et a commencé à desserrer la ceinture de Shido d'un coup sec.

“Qu-Qu'est-ce que tu fais, O-Origami ! N-Non… Non, arrêtez ça !”

Alors que Shido poussait un cri féminin, O-Origami ne s'arrêtait pas et retira la ceinture de son jean en un seul mouvement.

Puis elle l'enroula autour de son propre cou et la serra pour en faire un collier et une laisse de fortune dont elle a ensuite tendu l'autre extrémité à Shido.

Puis…

“Woof !”

Elle a aboyé.

Les passants autour d'eux les regardaient comme s'ils assistaient à un événement surréaliste.

“…Quel malheur. Quand je pense qu'ils font de telles choses en plein jour…”

“Wow, penser que des couples comme ça existent vraiment…”

“Euh, j'ai l'impression que je devrais enregistrer ça…”

“Hé maman ! Pourquoi est-ce que la fille aboie ? C'est un chien ?”

“Ne les regarde pas… !”

“…”

Le visage de Shido était maintenant trempé de sueur. Il ne pouvait plus s'en empêcher, il s'est incliné et a crié “Je suis désolé ! Je ne voulais pas que tu le fasses !”

DAL EN v1 10 4x


Pendant ce temps, au milieu de la zone commerciale.

“Très bien, quelle est la suite… ?”

Tohka a baissé les yeux sur le papier du carnet dans sa main et a soupiré.

Les provisions qu'elle avait achetées jusqu'à présent étaient dans le sac que Shido lui avait donné et qui été presque plein à craquer. Mais en ce qui concerne la première course, jusqu'à présent, tout s'était bien passé.

“…Sata Andagi (Beignets d'Okinawa) ? Qu'est-ce que c'est ?”

Les mots étrangers ont fait froncer les sourcils de Tohka. Bien qu'elle ne sache pas ce que c'est, ça semblait être quelque chose de très important.

—Alors que Tohka regardait autour d'elle à la recherche d'un objet similaire à ce nom en errant dans le quartier commerçant, quelqu'un derrière elle l'a interpellée.

“Ah ! Hé, attendez une minute… ! Est-ce que cette charmante fille là-bas pourrait discuter avec moi ?”

“Muu ?”

Tohka s'est retournée et a aperçu un homme vêtu d'un magnifique costume et portant la coiffure la plus flamboyante qu'elle ait jamais vue.

Au même moment dans le <Fraxinus> , Kotori fit tournoyer le chupa chup dans sa main et gémit en fronçant les sourcils.

Cela faisait trois heures que le rendez-vous avait commencé.

Peu importe qu'il parle mal ou qu'il confesse des habitudes inhabituelles, les points de popularité d'Origami Tobiichi n'ont pas baissé d'un seul point, mais semblé augmenter…

Sur l'écran principal, elle a pu voir qu'ils étaient occupés à commander des boissons au comptoir d'un café.

L'expression d'Origami n'a pas changé, si ce n'est le visage impassible qu'elle arborait toujours.

D'ailleurs, elle a retrouvé sa tenue habituelle.

“Rgh… Essayons une autre approche…”

À ce moment, de nouvelles options sont apparues à l'écran.


Pétrir sa poitrine soudainement.

Lui cracher au visage.

Soulever sa jupe.


“Si les mots ne marchent pas, autant passer à l'action. Tout le monde, faites votre choix !”

L'écran de Kotori afficha les résultats.

“Celui que la plupart des gens ont choisi est le ③.”

“…Hmm, si vous faites ce genre de chose avec un large public à côté, je suppose que cela pourrait réduire sa popularité ?”

Kotori a tiré le microphone vers elle alors qu'elle parlait.

“V-Vraiment…”

Shido a dégluti quand il a entendu les instructions de Kotori dans l'oreillette.

Moins de paroles, plus d'action. Si nous n'avons pas recours à quelque chose comme ça, il n'y a aucune chance que nous puissions être en mesure de réduire sa popularité.”

“N-Non… ce n'est pas bien…”

À ce moment-là, Shido a été frappé par derrière par un autre invité qui marchait derrière lui.

Il avait perdu l'équilibre et était tombé en avant.

“Whoa… !”

Bien qu'il ait fait de son mieux pour maintenir sa posture, il n'a rien pu faire. Il a atterri sur son visage. Il était presque certain d'avoir une contusion au nez.

“Ça fait mal…”

Eh bien ! Tu l'as fait, Shido !”

“Huh ? Quoi… ?”

À ce moment, Shido a remarqué qu'une de ses mains tenait le léger et familier morceau de tissu.

“…”

Il a soudainement eu un mauvais pressentiment et a lentement relevé la tête.

Il a donc vu les jambes fines d'Origami, ses jolis sous-vêtements ainsi qu'un étui à pistolet attaché à sa jambe droite.

Il semble que Shido ait accidentellement arraché la jupe d'Origami en tombant. Le visage de Shido s'est soudainement transformé en sueur nerveuse.

“Ecoute, Origami, c'est…”

Cependant, Origami a parlé avec le même calme que d'habitude :

“Tu veux le faire ici ?”

“… ! Tu… Qu'est-ce que tu viens de dire… !”

Shido a rapidement remis sa jupe dans sa position initiale.

Origami a regardé Shido avec déception avant de regarder à nouveau le comptoir.

“…Ça n'a pas marché non plus ?”

Il pouvait entendre la voix de plus en plus frustrée de Kotori dans son oreille.

“Quoi… Qu'est-ce qu'on est censé faire maintenant ?”

Lorsque Shido eut terminé, il se dit qu'il était inutile de penser que rien ne fonctionnerait. Comme il a mis une main sur son front et secoue la tête, il entend le son d'un bip venant de son oreille droite.

“—Eh, c'est vraiment gênant…”

“Q-Qu'est-ce qui ne va pas ? Est-ce que quelque chose est arrivé ?”

Ça n'a rien à voir avec l'Origami. …C'est Tohka. J'ai observé Tohka pendant qu'elle faisait qu'elle faisait ses courses… On dirait qu'un homme étrange lui parle. Je ne peux pas dire si c'est une conversation normale ou une sollicitation, mais j'ai le mauvais pressentiment que cet homme va causer des problèmes.”

“Huh…”

Shido a froncé les sourcils.

Comme Tohka n'était pas très familière avec ce monde, il n'y avait aucune garantie qu'elle ne se laisserait pas piéger par une rhétorique fleurie.

…Mais si Tohka devenait sérieux, il ne faisait aucun doute qu'une telle personne disparaîtrait en un éclair. Mais ce serait terrible si les choses devaient s'aggraver à ce point.

“Nous devons… penser à un moyen…”

Je sais. Ce serait bien d'envoyer du personnel de l'agence à son emplacement… mais je ne veux pas qu'elle remarque les choses liées à <Ratatoskr>.”

Kotori a marmonné en continuant à parler :

“—Shido, je vais connecter ton oreillette au téléphone de Tohka. Tu peux l'arrêter et l'avertir de ne pas faire des choses aussi dangereuses ?”

“M-Moi ?”

Ce serait plus rapide si tu lui dis.”

“Attende !”

Avant que Shido ne puisse protester, la voix de Kotori avait disparu. A la place, il entendu le son d'un téléphone sonner.

Après quelques secondes d'attente, il a pu entendre la voix de Tohka à l'autre bout.

Bonjour ? —On dis bonjour ?”

“Tohka ? C'est moi, Shido.”

C'est Shido ! Wow ! …Donc on peut vraiment parler comme ça… !”

Tohka a parlé avec excitation.

“Tohka, que fais-tu en ce moment ?”

Muu… Un homme que je ne connais pas a commencé à me parler. Il me dit qu'il veut que je travaille pour lui contre un gros salaire…”

“…”

Les joues de Shido ont tressailli en silence.

Il semble que je puisse gagner beaucoup d'argent en rendant un simple service. Il m'a donné un beau papier appelé 'entreprise'. Je peux aller travailler là-bas ?”

“N-Non ! Refuse-le tout de suite ! Rends-lui aussi cette carte !”

Shido n'a pas pu s'empêcher de crier.

Muu… c'est comme ça. Puisque Shido l'a dit, je vais le faire—Excusez-moi, monsieur, je ne vais pas faire ce que vous venez de demander.”

“Whew…”

Shido a essuyé la sueur froide qui coulait sur son front.

Puis, à ce moment-là, il aperçut Origami debout devant lui avec un plateau contenant deux tasses.

“Ah…”

“…”

Origami a hoché la tête sans dire un mot, s'est frayé un chemin à travers la foule et est retourné au comptoir.

“Je… Quelque chose ne va pas… ?”

“Je veux rendre ça.”

“Hein ? Euh—Tu veux rendre cette nourriture… ?”

Le greffier, contraint par la pression intense d'Origami, arborait une expression troublée.

Comme Shido criait fort, Origami a cru par erreur qu'il lui parlait. Shido l'a rapidement appelée.

“Ce n'est pas le problème !”

“… ? Alors c'est bon ?…

Origami a tourné la tête et a demandé à confirmer. Shido a hoché la tête et lui a répondu en disant, “C'est ok.”

Cependant, à ce moment-là—

Qu'est-ce que c'est ? Ça n'a pas d'importance ? —Hé, on dirait que c'est bon. Rendez-moi cette carte de visite !”

Puis il a entendu une telle voix dans son oreille droite et Shido a frénétiquement crié :

“N-Non ! Tu dois le refuser tout de suite !”

Muu… Je comprends.”

Tohka a répondu docilement.

—Cependant, après que Shido ait dit ça, même Origami a légèrement hoché la tête, puis a claqué le plateau sur le comptoir et a sorti un pistolet 9mm de l'étui sous sa jupe (Shido espérait désespérément que ce n'était qu'un modèle réduit) et l'a pointé vers le vendeur.

“Évidemment, vous devez accepter ce retour…”

“Huh… ? Ah… Huh ?”

Le commis a été pris de court et les autres invités autour d'eux avaient l'air effrayés. Shido est rapidement intervenu pour éviter de déclencher une panique.

“Non… arrête ! Ne faites pas ce genre de choses !”

Muu… C'est comme ça ?”

Puis il a entendu la voix de Tohka dans son oreille.

Shido s'est gratté la tête et a crié bruyamment : “Ah vraiment ! Vous deux, vous ne m'aidez pas là !”

Il était 15h30.

Tohka, qui avait réussi à acheter tout ce qu'il y avait sur la liste, décida de faire une pause sur un banc du parc.

Comme c'était un jour de congé, le quartier commerçant était plus animé que d'habitude, mais le parc qu'elle avait trouvé en face était calme et confortable, ce qui était le meilleur endroit pour faire une pause.

Tohka a terminé la boisson qu'elle avait achetée avec l'argent de poche que Shido lui avait donné en une seule gorgée et a laissé échapper un soupir de satisfaction.

Puis son regard se posa sur le sac de courses rempli de provisions.

“Umu… Shido va certainement me féliciter pour ça !”

En effet, ayant terminé sa course tout en rejetant l'invitation de cet homme à la demande de Shido.

Une fois qu'il sera rentré, j'espère qu'il lui caressera la tête.

“Muu…”

À ce moment, Tohka a sorti la liste.

En ce qui concerne la course, il y a une chose qu'elle n'a pas encore achetée.

C'est vrai, elle ne savait pas ce que c'était.

“Muu… Que dois-je faire…”

Tohka s'est serrée dans ses bras et a marmonné pour elle-même en y pensant. Quelques secondes plus tard, elle a soudainement réalisé quelque chose.

“Oh ! Pour quelque chose comme ça…”

Tohka a parlé fort en sortant son téléphone.

C'est vrai, s'il y avait quelque chose qu'elle ne savait pas, elle pouvait le demander directement à Shido.

“Muu… À l'instant, Shido vient de m'appeler, je dois donc rechercher… l'historique des appels ?”

Tohka a posé le téléphone sur le banc, puis a soigneusement appuyé sur les boutons avec ses index en utilisant ses deux mains.

“Ugh…”

Il était 15h30 de l'après-midi. Shido s'est adossé à la chaise du café.

Bien sûr, ils n'étaient pas dans le même café qu'avant, mais dans un autre.

Après qu'Origami ait pointé son arme sur le caissier, Shido s'est précipité hors du magasin avec Origami et a marché dans la rue pendant un moment—finalement, ils ont trouvé ce café.

“…Puisque les choses en sont arrivées à ce point, nous devrons compter sur ce dernier recours.”

Il pouvait entendre Kotori soupirer à son oreille.

“…Le dernier recours ?”

Oui. Peux-tu t'éloigner d'elle pendant un moment ?”

“… ? Oh, bien sûr…”

Shido marmonna qu'il avait besoin d'aller aux toilettes avec Origami et se leva de son siège et se dirige vers la salle de bain.

“…Alors ? C'est quoi ce dernier recours que tu as dit ?”

Comme ils étaient déjà bien éloignés des autres personnes, ils n'avaient pas besoin de se taire.

Shido a demandé à Kotori normalement.

Je pense que tu l'avais probablement déjà réalisé… Mais il est presque impossible de réduire sa sa popularité. Quel monstre terrible, je veux vraiment voir ce qui se passe dans son cerveau.”

“…Alors, c'est ton impression.”

“—Essaye de changer d'approche une fois et voie ce qui se passe. Fait simplement ce que tu ferais normalement.”

“T-tu veux dire… ?”

Shido, tu dois devenir l'amant d'Origami.”

“E-Eh ?”

Shido n'a pas pu s'empêcher de crier.

Ecoute juste la suggestion jusqu'au bout. Tu romps avec elle après être sorti avec elle. Dis-lui : “Je veux rompre avec toi. Je ne t'aime plus.” Comme ça.”

“A-Ah…”

Les joues de Shido étaient trempées de sueur alors qu'il gémissait doucement.

Il a pris une rapide gorgée d'eau pour humidifier sa gorge et gérer la tension.

—Mais, après tout, il devait quand même faire face à ça.

Bien que ce soit à cause des instructions de Kotori, on ne peut nier que c'était la faute de Shido qu'Origami ait cru qu'ils sortaient ensemble.

Mais forcer Origami à le détester était trop égoïste.

Shido aimait Origami, c'était une bonne amie et quelqu'un qu'il respectait du fond du coeur.

Mais—non, c'est pour ça.

Il a estimé qu'il était irrespectueux envers Origami de poursuivre cette relation avec un état ambigu.

“…Je sais. C'est pourquoi on appelle ça une rupture, non ?”

Shido a pris une profonde inspiration pour se calmer, puis s'est tapé les joues plusieurs fois.

…Cependant, il pouvait entendre son cœur battre, ses doigts trembler, et il pouvait sentir encore plus de sueur sur son visage.

“…Détende-toi… Bien que je sache que c'est inutile même si je dis ça. Au moins, au moment critique, foire pas.”

“Ah… oui… c'est juste que… c'est probablement le mieux à faire.”

Tu vas tout foutre en l'air maintenant ?”

“Hmm…”

Shido se gratta la tête de manière incertaine et toussa pour s'éclaircir la gorge.

Vraiment… c'était mieux de te garder loin d'elle. Répète ce que tu veux dire maintenant avant de retourner à ta place.”

“O-Okay…”

“—Je veux rompre. Je… Je ne t'aime plus. Je veux rompre. Je… Je ne t'aime plus…

plus.”

De quoi tu parles… Tu es sérieux ?”

“—Oui, je veux mettre fin à notre relation.”

C-Ce genre de chose, je ne peux pas !”

“S'il te plaît, pardonne-moi. Je n'ai plus de sentiments pour toi…”

Tu… Tu me détestes… ?”

“Oui, je te déteste.”

Alors…

Shido a soudainement senti que quelque chose n'allait pas et a incliné sa tête en signe de confusion.

Pourquoi avait-il l'impression qu'il répondait à quelqu'un de façon très douce ?

Shi… do…”

À ce moment-là, Shido a finalement réalisé que le son provenant de son oreille droite n'était certainement pas Kotori.

Il n'y avait aucun moyen de confondre cette voix familière—c'était Tohka !

WAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHH !”

“P-Pour l'amour de Dieu… qu'est-il arrivé à Tohka… !”

Il semblait qu'au moment où Tohka pleurait, la voix de Kotori est soudainement apparut :

“—Idiot ! Pourquoi tu n'as pas coupé la ligne !?”

“D-Désolé… !”

Il pouvait entendre la voix d'un des membres masculins de l'équipage à bord du <Fraxinus>.

Cependant, avant que Shido ne puisse comprendre ce qui s'est passé, une forte explosion a été entendue au loin et le bâtiment a commencé à trembler. Les murs ont craqué bruyamment et des morceaux de matériaux de construction sont tombés du plafond.

“Qu'est-ce… ! C'est— !”

Pendant un instant, il a cru que c'était un tremblement de terre, mais… ce n'était pas ça…

Le choc était comme une bombe qui aurait explosé quelque part.

C'est Tohka ! On dirait que son état mental a radicalement diminué ! Ses pouvoirs spirituels refluent en elle à une vitesse incroyable !”

“Q-Qu'est-ce que tu as dit !”

Umm… c'est notre faute. J'ai oublié de fermer la ligne qui te relie à Tohka, au moment où Tohka t'a appelé !”

Alors que Kotori finissait de s'expliquer bruyamment, il y eut un bruit étonnant à l'extérieur de la boutique.

Il pouvait entendre des cris partout ainsi que les pas frénétiques de personnes courant dans tous les sens sans savoir où aller.

“Alors… Qu-Qu'est-ce que je dois faire ?!”

La seule chose que l'on puisse faire maintenant est de rassurer Tohka ! Dis-lui que tu ne pensais pas du tout ce que tu viens de dire !”

“C-compris… !”

Shido a rapidement mis sa main sur l'écouteur et a crié :

“Tohka ! Tu m'entends ? Tohka !”

Cependant, elle ne semblait pas l'entendre ou répondre. Il y a eu une autre explosion et les murs du magasin ont recommencé à trembler.

Ce n'est pas bon ! Shido, tu dois trouver Tohka immédiatement !”

“Mais Origami…”

Ça ne sert à rien de s'inquiéter pour elle pour l'instant ! Dépêche-toi ! Elle est dans le parc en face de la rue du quartier commerçant !”

“J-j'y vais… !”

Shido a serré les poings et s'est précipité hors du café.

Il semblait que les rues étaient perturbées par cet événement soudain. Il pouvait entendre des cris et d'autres tout autour de lui et les piétons semblaient tous courir dans la même direction.

Presque immédiatement, Shido a compris la raison : parce que la direction où le parc était situé, il pouvait voir de la fumée s'élever continuellement.

Les choses étaient pires que ce qu'il avait prévu. Afin d'éviter la foule, Shido a couru vers sa destination aussi vite qu'il le pouvait en passant par les ruelles.

Heureusement, le café où Origami et lui se trouvaient n'était pas loin du parc où Tohka avait fait une pause.

“… !”

—À ce moment-là, Shido a senti son téléphone, toujours dans sa poche, vibrer.

C'était probablement Tohka. Il n'a pas ralenti et a sorti son téléphone de sa poche pour répondre.

Cependant, au lieu de Tohka, c'était Origami à l'autre bout du fil.

“—Shido, où es-tu ?”

“Origami. Je suis désolé. Donne-moi juste un peu de temps…”

Avant qu'il n'ait pu finir de parler, il a entendu une autre explosion et des gravats sont tombés juste devant Shido.

“Whoa…”

Shido a réussi de justesse à esquiver les décombres et a continué à courir.

Il s'excuse mentalement auprès d'Origami pour ce qu'il a fait, mais ce n'été pas le moment de parler. Il a remis le téléphone dans sa poche et a repris son rythme de course.

Ensuite—Shido a finalement atteint le parc et a observé les dégâts avec de grands yeux.

Dans un coin du grand parc, il y avait un grand trou, comme si c'était le résultat d'un cratère causé par une météorite.

Cela ressemblait aux tremblements de terre spatiaux provoqués par les Esprits lorsqu'ils sont apparus dans ce monde.

Il pouvait distinguer la silhouette d'une fille accroupie sur le sol.

“T-Tohka… !”

Shido cria en courant en avant, trébuchant sur le sol irrégulier.

À ce moment, Tohka a finalement remarqué la présence de Shido. Ses épaules ont tremblé alors qu'elle lui faisait face timidement.

“S-Shido…”

Elle a crié son nom, son visage était mouillé de larmes.

“… !”

Shido a senti sa gorge se serrer, rendant sa respiration presque impossible, mais néanmoins, il a continué a crié :

“Ce que j'ai dit avant, je ne le pensais pas du tout !”

“Huh… ?”

Après avoir entendu ce que Shido a dit, l'expression de Tohka s'est transformée en une surprise stupéfaite.

Puis son regard est devenu contemplatif pendant un moment alors qu'elle essuyait ses larmes avec sa manche avant de faire à nouveau face à Shido.

“V-V-Vraiment ?”

Puis elle a regardé attentivement le visage de Shido qui a répondu.

“Oui… c'est vrai.”

“T-Tu ne me détestes pas… ?”

“Q-Quoi ? Bien sûr que je ne te déteste pas ! Comment pourrais-je te détester ?!”

“V-Vraiment ! Alors… donc, on peut toujours être ensemble ?”

“B-Bien sûr !”

“On peut être ensemble pour toujours ?”

“Ah… Oui, nous serons toujours ensemble !”

Même si c'était un peu bâclé, il lui a quand même promis. Mais avant toute chose, il devait l'aider à se calmer. Shido a hoché la tête en répondant aussi fort qu'il le pouvait.

Tohka a reniflé en se levant.

“V-Vraiment… ? U-Umu, c'est ce que je pensais !”

Tohka semblait vraiment soulagée du fond de son cœur et montra les courses qui étaient tombée sur le côté (et qui, pour une raison quelconque, étaient indemne malgré tous les dégâts) à Shido.

“M-Muu… ? J'ai réussi à faire toutes les courses !”

“O-Oh ! C'est incroyable, Tohka !”

“Hee hee hee !”

Après que Shido ait fini de parler, Tohka a souri fièrement.

Mais à ce moment, il pouvait entendre la voix de Kotori dans son oreille une fois de plus :

Ouf… Bon travail—Bien que, j'aimerais vraiment pouvoir dire ça, tu devrais probablement sortir de là d'abord.”

“Huh… ?”

Après avoir entendu ce que Kotori a dit, Shido a froncé les sourcils… Cependant, il a immédiatement compris ce qu'elle voulait dire.

Il pouvait entendre le bruit des camions de pompiers et des voitures de patrouille à proximité. S'ils restaient dans cette zone, les choses ne feraient que s'aggraver.

“T-Tohka, partons d'ici !”

“Muu… ? Oh, je comprends.”

Après que Shido ait fini de parler, Tohka a hoché la tête docilement.

“Ouf…”

Pour faire court, il semble qu'ils aient réussi à éviter une véritable crise.

Shido a quitté le parc avec Tohka et a été finalement soulagé.

“Que s'est-il passé ? Pourquoi allons-nous si vite ?”

“C'est difficile à expliquer.”

Shido a expliqué en gloussant faiblement à Tohka.

Mais quelques secondes plus tard, Shido s'est de nouveau figé sur place.

La raison en était évidente. Tobiichi Origami est apparu devant lui.

“…”

“… ! O-Origami… ?”

“Muu…”

Shido pouvait sentir tout son corps trembler à sa vue, tandis que Tohka la fixait de dégoût. Ce n'était pas une surprise, vu que Tohka et Origami se détestaient.

Cependant, il semble qu'Origami fît de son mieux pour ne pas laisser transparaître son dégoût pour Tohka visage.

En fait, il était plus juste de dire qu'elle n'avait d'yeux que pour Shido. Alors que son expression restait la même, son regard exprimait une passion éternelle qu'il n'avait jamais vue auparavant.

“O-Origami… ? Il y a un problème ?”

Bien que Shido ait dit cela, il a soudainement eu un mauvais pressentiment se répandre dans son corps.

Presque immédiatement, il semblait que ses soupçons avaient été confirmés : il a regardé Origami s'avancer sans changer d'expression et se pencha vers Shido pour l'embrasser fermement.

“Qu'est-ce que tu fais ?”

Tohka se précipita en avant pour briser la prise d'Origami.

Cependant, alors que Tohka essayait de briser l'étreinte d'Origami sur Shido, l'étreinte d'Origami ne faisait que se resserrer.

Puis elle a parla doucement :

“—Ensemble pour toujours…”

“Q-Quoi… !”

Il semblait qu'Origami ait entendu ce que Shido disait et il a froncé les sourcils.

“Hey… laisse le partir ! Il m'a dit ça à moi ! La personne avec qui il sera ensemble pour toujours c'est moi !”

“—Ce n'est pas possible. Il me l'a clairement dit.”

Tohka a finalement réussi à ce qu'Origami lâche Shido alors qu'ils continuaient à se chamailler.

Puis, Shido a eu un autre mauvais pressentiment et a sorti son téléphone qu'il avait négligemment jeté dans sa poche dans sa hâte de retrouver Tohka.

Il jette un coup d'œil à l'écran… et réalise immédiatement qu'il était toujours en train de parler à Origami. Il semble qu'il n'avait jamais raccroché quand Origami l'appelait.

Advertisement